acceptation

Qu’est-ce que l’acceptation ?

L’acceptation, c’est dire « oui ». Oui à la vie, oui au monde, oui a ce qui se présente dans l’instant. Dire oui, ce n’est pas simple quand cet instant nous dérange, nous heurte ou nous blesse. Lorsque l’on accepte où l’on dit oui intérieurement, on abaisse significativement notre niveau de stress psychologique et biologique. L’acceptation, ce n’est pas renoncer ou se soumettre, ce n’est pas approuver, mais se laisse traverser par ce qui est est.

Le problème de l’acceptation

On entend bien souvent parlé de l’idée d’accepter et d’acceptation de soi. En général, les articles sur ce sujet reste relativement évasifs. En effet, ils vont parler de lâcher prise mais sans donner réellement le mode d’emploi. Allons dire à quelqu’un qui souffre dans sa vie qu’il doit accepter. Il y a de fortes chances qu’il n’y arrive pas ou nous regarde bizarrement.

Toutefois, l’acceptation est un outil extrêmement puissant. A la fois pour faire la paix avec soi-même et avec l’événement qui se déroule. Tout commence par un détachement de ses pensées pour en devenir un observateur. La personne étant souvent identifiée à son mental et le croit aveuglément.

Mental-ego et mental

D’abord un peu de définition. Je vais définir ce que j’appelle le mental-ego. C’est le mental qui, couplé à l’Ego, donne l’expression de nos croyances limitantes. Lorsque je capte l’information avec mon mental qui me dit « je ne suis pas capable de … », c’est notre Ego qui s’exprime à travers le mental.

Or, le mental est précisément neutre et sans jugement à la base. C’est un outil qui nous permet la réalisation de nos aspirations profondes. Par exemple si je désire manifester l’altruisme dans ce monde, mon mental est l’outil humain de réalisation dans la matière. C’est un ami qui m’aide à me réaliser.

Lorsque le mental est teinté de l’Ego, le mental-ego nous exprime nos croyances ou nos blessures qui nous empêchent d’aller dans nos aspirations profondes.

Identification

La première étape est de mettre de la distance entre les phrases issues du mental-ego et nous. Nous ne sommes pas notre mental, nous sommes le contenant réceptionnant ses informations. Lorsque mon mental-ego me dit « ça je ne suis pas capable de le faire », mon mental-ego me fait croire que je n’en suis pas capable.

Notre conscience divine projette dans la matière tout ce que nous portons comme blessure afin que nous puissions les reconnaître, voilà le rôle du mental-ego. Aussi, si je porte une blessure, la vie va la manifester dans le monde à travers différents sentiments : le rejet, l’abandon, etc.

Lorsque je prends conscience de ce phénomène, j’arrête d’être une victime de la vie. En effet, la vie m’enseigne ce que je porte. L’adage qui dit « je crois ce que je vois » est faux pour cette raison. La réalité est que je « je vois ce que je vibre ».

Relation non duelle

Dès que l’on prend de la distance, on se permet de devenir un observateur. La conscience observante que nous sommes reçoit l’information du mental dans l’accueil. La deuxième étape consiste à ne pas s’opposer à ce que le mental raconte. Une fois le mental-ego identifié, nous nous adressons à celui-ci en validant son assertion.

Dans notre cas on pourrait lui répondre « oui, tu n’en es pas capable et tu as parfaitement raison ». Dans cet exemple on utilise la troisième personne. Cela a pour effet de mettre de la distance par rapport au mental-ego et de nous en détacher. En utilisant notre mental, nous pouvons accueillir le bavardage du mental-ego.

Mode d’emploi de l’acceptation

Pourquoi valider ce que nous dit le mental-ego alors que l’on cherche justement à ne plus faire en sorte qu’il interfère avec nous ? Il faut comprendre que dès que nous sommes dans le combat, que nous ne voulons pas accepter ce que le mental-ego nous raconte, nous ne pouvons pas accepter. D’ailleurs, celui qui ne veux plus qu’il interfère, c’est précisément notre mental-ego.

Il faut se rappeler que l’Ego est là pour diviser. Le bon repère sur le chemin de l’acceptation, c’est d’observer si nos pensées divisent les choses ou les rassemble. Alors pourquoi valider ce que le mental-ego nous dit ? Dans cet exemple, le mental-ego a parfaitement raison. En effet, il n’en est pas capable et l’expérience nous l’a montré.

C’est en acceptant le mental-ego et en le validant qu’il s’apaise car il vient d’être reconnu pour ce qu’il est : du mental-ego. L’idée est de valider constamment ce mental-ego avec le mental conscient en lui disant oui, pour ne pas le contrarier. Et, que fait quelqu’un qui n’est pas contrarié ? Et bien tout simplement, il ne va plus se plaindre.

Pratiquer, pratiquer et pratiquer

Je t’invite à faire cette gymnastique à chaque fois qu’il te met des barrières. L’idée est de l’apprivoiser et de s’en faire un ami. Quand tu lui diras régulièrement qu’il a le droit de dire ce qu’il veux dire, il aura beaucoup moins d’emprise sur toi. Progressivement ta vie deviendra plus tranquille.

D’ailleurs, il est possible qu’en ce moment même ton mental-ego se dise « c’est débile ce qu’il propose ». Dit lui qu’en effet c’est totalement débile. Laisse le avoir raison et détend toi dans son bavardage. Voit le comme un ami qui te parlerai et que tu validerais, soit bienveillant avec lui.

En conclusion

C’est en étant identifié à ton mental que la souffrance arrive. Le fait de le nommer et de lui parler comme si c’était quelqu’un d’autre permet de prendre de la distance. Ne cherche pas à changer tes pensées, c’est totalement inutile car ça serait nier ce qui est en toi. Ne cherche pas à ajouter de nouvelles croyances, valide simplement ton mental-ego et le détachement pourra se faire naturellement.

Etre en paix avec son mental c’est être en paix avec les autres et la vie. Il n’y a plus besoins de convaincre ou de reconnaissances car tu incarnes la paix intérieure. Cela n’empêchera pas les autres personnes de te critiquer ou de ne pas t’apprécier car ils sont encore pris dans le jeu du mental-ego.

Cependant, prend conscience qu’en sortant du mental-ego tu offres au monde ta paix sur terre. De plus, cela aura pour gros avantage de te préoccuper de toi et de ta réalisation dans ce monde plutôt qu’à vouloir alimenter la dualité.

Pratique cet exercice et dis moi en commentaire ce que cela a apporté pour toi 🙂

0 21