reconstruction posturale

Qu’est ce que la reconstruction posturale ?

La reconstruction posturale est une évolution de la méthode Mézières. Elle se pratique sur prescription médicale et est indiquée pour soulager les douleurs d’origine articulaires et musculo-tendineuses de la colonne vertébrale et des membres. Les maux de dos sont une indication fréquente : cervicalgie, névralgie cervico-brachiale, dorsalgie, lombalgie et sciatique, etc.

Elle permet également le traitement des troubles de la statique rachidienne comme la scoliose, l’hypercyphose, Sheuermann ou encore l’hyperlordose. Elle est indiquée lors de troubles morphologiques des membres comme le pieds plats, l’hallux valgus, le genu-valgum, le genu-varum ou encore le genu- recurvatum.

Les contre-indications sont les mêmes que celle de la kinésithérapie en générale.

Pourquoi la reconstruction posturale ?

Suite à de très fortes douleurs de dos qui ont fait leur réapparition autour de Noël 2017 qui m’ont relancé les acouphènes et m’ont cloué au lit pendant toutes les fêtes, j’étais allé voir l’ostéopathe. J’ai du faire jusqu’à trois séances pour venir à bout de la plupart des douleurs. Problème, des douleurs résiduels et les acouphènes étaient encore présents même si le plus gros a été réglé.

Un peu après Noël, je suis allé voir mon médecin de l’âme, je t’en avais déjà parlé par le passé dans un précédent billet. Il me disait que j’en avais terminé avec les thérapies énergétiques et spirituelles, les plus grosses blessures ont été transformées et me permet aujourd’hui d’être libre sur mon chemin. Toutefois, il avait vu que mon corps était dans un sale état notamment le dos. Comme c’est un ancien pompier de Paris, il a de bonnes connaissances au niveau du corps et il m’a notamment orienté vers la méthode Mézières.

Comme j’ai toute confiance, je voyais là une piste pour améliorer mon dos. C’est vrai que par le passé je n’ai jamais fait d’expérience avec les kinésithérapeutes. Je privilégiais l’ostéopathe, à tort s’en doute. Je pensais que s’il y avait quelque chose de plus sérieux, l’ostéopathe le verrait. Et bien, j’ai déchanté en rencontrant mon kinésithérapeute et je t’en parle dans le prochain paragraphe.

Reconstruction posturale, rencontre avec le kinésithérapeute

Rendez-vous pris, c’est avec plein d’enthousiasme que je vais voir pour la première fois un praticien en reconstruction posturale. J’ai hâte de connaître le bilan et son diagnostic. Les premiers échanges sont cordiaux, je me retrouve chez lui en position debout et en sous-vêtements.

Il tourne autour de moi avec un calepin et prends des notes. Il passe derrière moi et est en train de tâter certaines zones du dos bien précises. Quelques minutes après, l’heure du bilan à sonné. Bilan : hyperlordose rachidienne et hyperlordose cervicale. De plus, je suis sportif. En soi, le sport est bon car il renforce et tonifie les muscles et maintien la posture. En revanche, quand la posture est mauvaise, le sport renforce la mauvaise posture.

Autre coup dur, je dois arrêter le fitness et la musculation. Je pratique cette activité sans louper une seule séance depuis mes 26 ans. Cela va donc faire plus 15 ans. Comme je le disais dans le paragraphe au-dessus, le renforcement musculaire sur une mauvaise posture aggrave les problèmes.

Le vélo je n’y ai pas droit non plus à cause des lordoses et c’est également pareil pour la natation. En gros, je suis juste bon à faire de la marche. Tous les autres sports je peux les oublier sous contraire de détruire ce que l’on essaye de remettre en place. Je suis d’accord pour modérer le sport et le réduire, voir de l’aménager. Or, totalement l’arrêter ne me paraît pas envisageable pour le moment. Je verrais donc si je peux intelligemment marier les deux.

Première séance de reconstruction posturale

C’est parti pour la première séance. D’abord, apprentissage de la respiration. Du fait de mon hyperlordose, je ne respire pas bien du fait que mon diaphragme (un large muscle situé sous les côtes) s’est raccourci et ne joue plus son rôle de ressort. De ce fait, je comprends mieux pourquoi j’ai toujours l’impression d’avoir les abdos trop en avant.

Rééducation du diaphragme

Pour rééduquer le diaphragme, je dois expirer fortement et aller bien au-delà de l’expiration normale. Les premières fois, je dois y aller tellement loin et fort que cela me fait limite tousser. Pour encore prendre conscience du phénomène, le kiné commence à m’appuyer fortement sur ma cage thoracique lorsque j’expire pour que je me donne au maximum. Ce n’est pas confortable mais c’est vrai que je me sentais respirer déjà différemment. Je pouvais ressentir le rachis toucher le sol et la lordose diminuer, ce que je ne pouvais envisager au début.

Rééducation de la colonne

Pour rééduquer la colonne et corriger les lordoses, je dois réaliser quelques pratiques posturales tout en maintenant la rééducation du diaphragme. Allonger au sol, je dois rejoindre les deux pieds, talon contre talon, gros orteil contre gros orteil. Lorsque j’inspire, je dois plier la cheville vers moi tout en optant une position de griffe avec les orteils. Puis lorsque j’expire, je dois plier la cheville en pointant le mur d’en face tout en griffant. Quelques minutes de cet exercice est nécessaire pour coordonner le tout et rééduquer l’information neuronale.

Puis vient un second exercice où je dois faire à peu près la même chose. C’est-à-dire lorsque j’inspire, je dois orienter les chevilles vers l’extérieur en ouvrant un maximum l’angle tout en pliant la cheville vers moi et en griffant avec les orteils. Lorsque j’expire, je maintien les chevilles vers l’extérieur avec le maximum d’angle en pliant la cheville vers le mur d’en face tout en maintenant la griffe des orteils. Quelques minutes de cet exercice est nécessaire pour la neurologie.

Je termine par un troisième exercice qui est en fait un mixte des deux précédents.

Adhésions et trigger points

On termine la séance avec un massage des adhésions et des trigger points. Pour prendre des raccourcis, les trigger points, se sont des nœuds musculaires dans le corps qui, peuvent devenir douloureux. L’adhésion se sont des surfaces musculaires qui n’ont plus leur configuration et leur souplesse d’origine du fait des trigger point en inflammation. Le kiné prend le rôle de masseur et va fortement appuyer et détendre toutes ces adhésions musculaires.

Reconstruction posturale, quelques jours après la première séance

Je dois dire que je suis satisfait de cette première séance. Je continue à faire des exercices de respiration comme il me l’a montré avec l’expiration forcée du diaphragme. Cela devient de plus en plus confortable et je sens que cela profite bien à mon dos. Je ne suis pas rétabli, la souffrance est encore là par moment ainsi que les acouphènes. J’ai toutefois l’intime conviction que je suis, enfin, sur le bon chemin pour aller au bout de mes problèmes de dos.

Ah oui, j’allais oublié la recommandation du kiné : dormir sans coussin! Pour lui le coussin est une aberration, même ceux qui sont « physiologique ». On doit dormir à plat pour aider le corps à revenir totalement dans une position de relâchement maximale. Sa remarque : « ce qui amène du confort fait plus de mal que de bien : au début on se sent soulagé mais le corps étant feignant, il compense en raccourcissant les muscles et c’est le début des contractions chroniques et de l’inflammation « . Après cette discussion passionnante avec un passionné dans son domaine, me voilà à nouveau embarqué pour une nouvelle aventure thérapeutique qui, j’espère cette fois, sera la dernière ?

Deuxième séance de reconstruction posturale

La veille de la seconde séance, ça allait bien mieux. Mon dos était bien plus souple et les acouphènes avaient régressés. J’étais impatient pour attaquer la seconde séance. Voilà, on y est. Je pratique les mêmes exercices que lors de la première séance. Le kiné semble content, mon corps a bien réagit et ma nuque est moins pire que la fois dernière. Je lui explique également comment s’est passé les jour qui ont suivi.

J’en chie pendant cette séance, surtout au niveau du souffle. L’expiration forcée du diaphragme est cette fois stimulée par le kiné qui me met carrément ses deux mains sur mon plastron et pousse dessus. Lors des exercices, il me fait remarquer que mon épaule droite est tendues. Je dois la relâcher.

Exercice du petit orteil

On fait ensuite un exercice assez étonnant. Je suis allongé sur le dos, les bras parallèles à mon buste et les mains posées sur la tranche. Le kiné saisit un pied après l’autre et je dois en inspirant, remonter mon pied vers moi en relâchant toutes ses tensions et en expirant je dois pointer le pied tout en faisant en sorte d’écarter le petit doigt de pied des autres orteils.

Là j’avoue que j’ai eu du mal au début, pas du tout l’habitude de faire ce genre de chose. Après quelques minutes de pratique, cela va mieux, je commence à y arriver. Les exercices sont à maintenir plus longtemps que lors de la première séance et j’en chie. J’ai même bien mal aux muscles de la gorge à force d’expirer au maximum de ma capacité pulmonaire.

Reconstruction posturale, quelques jours après la seconde séance

Le lendemain de cette deuxième séance est terrible. J’ai des courbatures comme j’en ai rarement eu. Même moi qui pratique de la musculation, j’ai rarement connu ce genre d’état. Mes acouphènes également on repris de plus belle, forcément les courbatures au dos sont très fortes. Néanmoins, c’est supportable.

Il se passe aussi quelque chose avec mon émotionnel. Je sens que je lâche des choses. Je suis envahi en ce moment par des vagues de tristesse et des envies de pleurer. J’ai un grand besoin de câliner mes chats. Très étonnant, ça faisait longtemps que je n’avais plus éprouvé ça. Cela dit, c’est de la tristesse « saine » dans la mesure où elle ne me dérange pas vraiment pour agir et rédiger ce texte par exemple.

Troisième séance de reconstruction posturale

J’ai eu la bonne idée de faire un footing trois jours avant ma troisième séance car je me sentais bien. Mauvaise idée. Tout est à nouveau très douloureux alors que ça commençait à se calmer. Je pense que le kiné a bien raison, il faut vraiment que j’arrête tout type de sport durant la reconstruction.

Orteils et cervicales

Le kiné commence par des massages des orteils. C’est douloureux dans le pied gauche, ça pique, comme si on m’enfonçait des aiguilles. Le kiné m’explique que ces orteils là sont reliés aux cervicales. Ensuite, s’en suis à nouveau des exercices de posture et de respiration. J’ai toujours beaucoup de mal à bien expirer tout l’air de ma cage thoracique et je sens que mon dos à du mal à relâcher. Le kiné me fait prendre conscience de tout ce que je mets sous tension de manière automatique.

Prise de conscience

C’est assez incroyable car je prends conscience de toutes mes tensions alors qu’elles ont toujours été là. La différence avec avant, c’est que maintenant je les ressens. C’est fout ce que l’on arrive à faire un déni de ses tensions et de ne plus du tout être en contact avec son corps.

Séance terminée. J’ai douillé correctement. Les acouphènes étaient presque absents dimanche. Aujourd’hui mercredi ils sont à nouveaux bien présents et j’ai le dos raide comme une enclume et endolori comme pas possible. Le kiné m’a demandé de prendre de l’arnica et du rhutox les prochains jours.

Quatrième séance de reconstruction posturale

J’ai vraiment douillé les jours qui ont précédé cette quatrième séance. J’étais même en arrêt de travail pendant 3 jours et j’ai du annulé un week-end de formation en syntonithérapie tellement mes douleurs étaient fortes.

Le jour de la kiné, je vais un peu mieux. C’est donc aujourd’hui que je suis allé voir mon kiné. Je m’entretiens avec lui concernant mes douleurs et il est très surpris, en règle général cela s’atténue avec le temps alors que chez moi on dirait qu’à chaque fois c’est un peu plus fort.

Après m’avoir examiné, il était plutôt satisfait. Mon hyper-lordose cervicale n’est plus qu’un mauvais souvenir. Il reste cependant l’hyper-lordose dorsale qui est encore bien présente et qu’il faut faire lâcher.

Pied et bas du dos

Il repart avec des exercices de massage des pieds. Les zones douloureuses de là fois dernières ne sont plus qu’un mauvais souvenir, preuve que la zone cervicale va beaucoup mieux. Maintenant il travail sur l’extérieur du creux des pieds qui représentent le bas du dos et là ça pique bien.

Exercice de respiration et manipulation de la tête

On refait certains exercices habituels et cette-fois il part de la tête pour corriger le bas. Les fois d’avant, on partait du bas pour corriger le haut. Ma tête se retrouve tordue dans tous les sens et en même temps je dois me focaliser sur ma respiration, toujours et encore. Toujours également le mouvement d’avant en arrière des pieds en griffe qui permet un glissement des fascias.

Après avoir fini la séance, je me sens bien. J’écris ce texte en fin de journée et l’inflammation commence à nouveau à apparaître. Mes acouphènes qui étaient aujourd’hui plutôt bas reprennent du service, ça ne me manquait vraiment pas alors que je venais d’en chier pendant pas mal de temps.

Prochaine séance de kiné dans 15 jours, la semaine prochaine il n’est pas là. Cela va bientôt faire 1 mois sans réellement faire de sport, ça commence à me tarder de recommencer à faire quelque chose mais on va être raisonnable pour le moment.

Douzième séance de reconstruction posturale

Cela fait un petit moment que je n’avais plus donné de mes nouvelles sur ce sujet. Les derniers semaines ont été éprouvantes au niveau émotionnel. J’ai libéré quelque chose qui m’a réellement angoissé au point d’en aller faire un bilan médical de tout l’appareil digestif.

Problème digestif et épreuve du froid

Tout a commencé il y a environ trois semaines peu de temps après la huitième séance. Je commençais à avoir des difficultés à respirer et à avoir des crampes au niveau du colon. Le colon libéré à l’aide d’une aide naturopathique, j’ai eu le plexus solaire très spasmé ce qui a provoqué des douleurs au niveau de l’estomac. Je commençais à avoir des aigreurs et je n’arrivais plus à digérer certains aliments.

J’avais comme des remontés froides qui me brûlaient comme à l’azote liquide. J’avais beau cherché sur internet des symptômes similaires, je n’ai pas trouvé grand chose. Cette pression était telle que j’ai vraiment du m’arrêter plusieurs jours en maladie. Puis, au bout de deux semaines, cette pression s’est libérée et cela m’a fait un bien fou. Comme chez moi un symptôme arrive derrière un autre, j’ai commencé à avoir ce flux d’air gelée au niveau de la gorge. C’était pénible pour respirer et dormir, les nuits étaient agitées.

Évolution, émotions et connexion au cœur

Évidemment cette sensation de froid s’est déplacée au niveau du nez. J’avais ainsi le nez gelé en permanence et l’impression de respirer un air à -15° en permanence. Au début c’est rigolo, après ça fini réellement par irriter. Aujourd’hui à l’heure où j’écris ces lignes, cette sensation de froid est à nouveau au niveau de la gorge et elle a quitté le nez. On dirait que cela fait des aller-retours. Ces épreuves me font travailler l’espace du cœur en m’abandonnant malgré la douleur et la gêne permanente.

En tout cas je n’ai jamais fait de thérapies me secouant autant, c’est impressionnant ce que le recalage de ma colonne vertébrale cache derrière. D’ailleurs à ce propos, l’hyperlordose dans le milieu du dos progresse bien, la symétrie commence à bien apparaître et le kiné est content des résultats. Côté sport, je n’ai rien fait depuis janvier et les récents événements sur mon système digestif m’a fait perdre environ 7kg. Je ressemble bientôt à un cure dent 🙂

Élévation de conscience

Ayant croisé ma guérisseuse bien aimée, elle m’a dit que je risquais de bouger encore jusqu’au mois de juin (on est le 31 mars aujourd’hui) pour pouvoir accueillir plus de conscience en moi. C’est cher payé l’élévation de conscience. D’ailleurs anecdote amusante, je parle de mes phénomènes au kiné régulièrement et la dernière fois il m’a tout de même sorti  » En 40 ans de carrière, je n’ai jamais entendu ça, je ne vois qu’une seule chose pour vous, c’est l’exorcisme « . Il ne manque pas d’humour 🙂

0 50