ennéagramme

Qu’est ce que l’ennéagramme ?

L’ennéagramme est un système d’étude de la personnalité fondé sur neuf comportements de la nature humaine. Cette typologie s’appuie sur un diagramme, sous forme d’une étoile à neuf branches. Puisant sa source chez Pythagore, l’ennéagramme s’est surtout diffusé comme une méthode de développement personnel. Elle nous donne des repères pour mieux comprendre les autres à travers la mise en valeur des trois centres. Ces trois centres de la personnalité sont la tête, le corps et le cœur. Chaque être humain peut se rattacher à un type de comportement mais aucun n’est mieux qu’un autre, chacun contribue à l’harmonie.

L’ennéagramme et la découverte de sa personnalité

Les neuf comportements de l’ennéagramme représentent les forces contradictoires que nous portons en nous. Le principe consiste à bien reconnaître ces forces et de les équilibrer. Chaque personne est unique et possède l’ensemble des neuf comportements mais avec une dominante appelée type. Toutes les personnes ayant cette dominante vont avoir un fonctionnement psychique relativement similaire.

Ennéagramme : pourquoi sommes-nous marqués par un type plutôt qu’un autre ?

Chacun des neufs types de l’ennéagramme représente une stratégie de survie. Cette stratégie de survie est la réponse à l’une des blessures de l’âme auquel une personne sera confrontée dans sa vie. Ceci est comparable à une fenêtre au travers laquelle la personne regarde sa réalité. Evidemment il s’agit d’une réalité déformée, biaisée par les croyances en lien avec les blessures. Néanmoins, cette réalité donnera naissance à ce que l’on appelle la personnalité ou encore l’Ego. Ce que l’on peut retenir c’est que les autres ne sont pas comme moi, chaque type est différent. Grâce aux autres, je peux élargir ma vision des choses et m’ouvrir à d’autres possibles.

Représentation des neuf types de l’ennéagramme

Chaque type a une préoccupation propre, une passion et une vertu :

[table id=1 /]

Je ne vais pas décrire l’ensemble des neuf types car cela serait pas forcément pertinent. Il existe de nombreux sites les présentant qui feront ça tout aussi bien. Je vais cependant m’attacher au type 9 auquel je correspond pour pouvoir le développer.

Le type 9 de l’ennéagramme où le médiateur, le pacificateur

Ambivalent, le type 9 voit facilement tous les points de vue et tend à remplacer ses désirs par ceux des autres. Il a souvent du mal à différencier son véritable objectif des tâches secondaires. Paisible et indécis, il aime l’harmonie. Consensuel, le type 9 apprécie les métiers de diplomate ou de négociateur. Bien encadré, il devient performant.

Ce type est facile à vivre et plutôt effacé, il est réceptif, rassurant, accommodant et globalement content de lui. Sa peur fondamentale est la perte ou la séparation. Son désir fondamental est la stabilité intérieure et la paix de l’esprit. Son axe de développement se situe à clarifier ses positions, poser des actes et faire des choix.

Le type 9 va utiliser l’énergie battante du type 3 pour clarifier ses positions et mieux gérer ses priorités. Il va également utiliser l’énergie loyale du 6 pour avoir le courage de prendre des risques et faire preuve de réalisme en se remettant parfois en question.

Ennéagramme : mon histoire personnelle en tant que type 9

Je me reconnais évidemment très bien dans ce type pour l’avoir parcouru en large et en travers durant ces dernières années. Avec ma copine de l’époque (un type 6), j’ai pu expérimenter l’interaction évoqué dans le paragraphe précédent. C’est-à-dire qu’un type 9 utilise l’énergie du type 6 pour faire preuve de plus de réalisme en se remettant en question. Ce que j’ai, au final, pas arrêté de faire à cette époque. C’est d’ailleurs pour cela qu’aujourd’hui j’ai une bonne ouverture d’esprit en comparaison le début de ma trentaine qui était catastrophique.

Egalement, le type 6 utilise l’énergie du type 9 pour ralentir et relativiser. C’est quelque chose que je fais en effet naturellement. Je suis quelqu’un qui relativise rapidement et sait ralentir la cadence quant il le faut pour ne pas se brûler les ailes. Toutefois cela n’a pas été inné, et ça, c’est lié à mon aile de type 8.

Aile de type 8

Je ne t’en ai pas encore parlé. En ennéagramme, il existe des ailes. Les ailes, se sont les types voisins. Dans le cas du type 9, il y a le type 8 et le type 1. Globalement un type 9 recherche l’harmonie et la paix intérieur. Cependant sous l’influence du type 8 qui lui est plutôt combatif et dans l’excès, c’est également ce que j’ai expérimenté au cours de ma vie. Certains domaines notamment sportif et professionnel, je suis allé très loin dans mes limites physiques. Malheureusement (ou heureusement, c’est selon), le type 9 n’a pas la résistance physique d’un type 8 (qui est prévu pour une vie d’excès). Ce qui au final m’a fait revenir dans mon type 9 où j’ai appris à ralentir.

Peur fondamentale

Je te disais tout à l’heure que la peur fondamentale du type 9 est la séparation. Le cadeau que la vie m’a faite, c’est de pouvoir vivre cette peur à une grosse intensité. En effet, après 10 ans de vie commune, ma copine de l’époque avait décidé de se séparer car elle avait rencontré quelqu’un d’autre. Ce fut quelque chose de terrible pour moi et je l’ai vécu à une haute intensité sur un temps relativement court d’une semaine.

Ce fut à la fois une mort et une renaissance pour moi. Le type 9 est résiliant et sait relativiser, c’est ce qui m’a permis de voir que le bon côté de cette séparation. Dissoudre la charge émotionnelle reliée à cette peur fondamentale fut exactement ce qu’il me fallait pour continuer à grandir et à évoluer. Je n’écrirais pas ces lignes si je n’avais pas franchi ce cap.

Ennaéagramme, la conclusion

Ce que l’ennéagramme peut t’apporter, c’est la compréhension de comment tu fonctionnes, au niveau de ta personnalité. Les axes d’améliorations ainsi que les énergies complémentaires qui peuvent t’aider à davantage vivre ton humanité. Il se peut que parfois tu poses un déni et que ton égo préférerait être d’un autre type. C’est un piège de l’égo, il souhaite toujours avoir ce qu’il n’a pas.

Dans mon cas, ma passion est la paresse et la vertu l’action juste. Quand l’égo lit ceci, il n’a pas forcément envie de se reconnaître en tant que paresseux. Toutefois, comme je recherche l’harmonie, ne rien faire me convient très bien. Je ne peux qu’admettre que c’est un peu ma tendance de fond. Toutefois, je sais que pour être réellement dans mon potentiel, je dois passer régulièrement à l’action sans me disperser, d’où l’action juste.

0 27